mardi, 25 octobre 2016 09:56

VALEURS ET POUVOIRS DE LA FAMILLE

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

VALEURS ET POUVOIRS DE LA FAMILLE
VALORES Y PODERES DE LA FAMILIA
Attributions des composantes de la famille
       La famille, noyau ou quiddité de toute société, peut se définir sociologiquement comme un groupe social lié par des liens de parenté ou de mariage.
 
      La famille, berceau de sollicitude extrême et de patience remplie d'amour, est paradoxalement devenue un foyer de tensions intempestives. Les présomptions accusatrices des membres à l'égard des uns des autres entretiennent des subversions au point où le devoir envers sa famille est au seuil de la précarité. Il n'est point surprenant de voir une famille s'entre-déchirer, se disloquer ou vouée à un cycle infernal. N'est-ce pas la méconnaissance persistante des institutions naturelles divines, l'ignorance qu'engendre l'inculture entretenue par le manque de civilisation qui en sont responsables?
        La famille est un pouvoir ou force ou encore un brassage de pouvoirs ou de forces difficilement maîtrisable. Même au fil des âges, l'on peut ne pas pouvoir dompter la vie conjugale ou sa famille car ni les cheveux blancs, ni le grison, ni l'âge nubile ne sont le gage d'une réussite. L'ignorance au sujet des pouvoirs de la famille est donc un intrus qui sème la discorde au point où l'idéal « à tout seigneur, tout honneur » n'est pratiquement plus à son embonpoint. L'inculture engendre de façon folklorique le complexe de supériorité et d'infériorité que l'on a tendance à observer soit chez le père soit chez la mère. En l'occurrence, des mères, pour remonter au complexe d'infériorité, ont tendance à brandir des slogans tels que:
« C'est moi qui ai souffert pendant neuf mois… », revendiquant ainsi des prérogatives parce qu'ayant souffert en tant que mères. Elles croient être aussi en droit de concevoir des lignes de conduite aux enfants au même titre que leur époux parce que se croyant victimes d'un complexe de supériorité provenant de leur époux à qui il faut faire des remontrances. De telles mères sont incultes au sujet de bien de réalités célestes coordinatrices de valeurs divines naturelles telles que le père est le chef de la mère.
          Le père est, en quelque sorte, la synthèse de toutes les valeurs que contient la famille. Ce, parce que la mère et les enfants sont issus de lui ; la mère, elle, spirituellement et les enfants aussi bien physiquement que spirituellement. Cet aspect de la famille, en l'occurrence le cas de la mère, ne peut être compris fondamentalement qu'en scrutant le substrat de la création.
1 Corinthiens 11 verset 3 : « Cependant, je veux que vous compreniez ceci : le Christ est le chef de tout homme, le mari est le chef de sa femme, et Dieu est le chef du Christ. »
        Le droit de chef de famille n'est donc pas un pouvoir que l'homme s'est lui-même octroyé au détriment de l'honorabilité de la femme. Mais c’est un devoir divin qui lui est ordonné. Cependant, cette tâche n'est pas un pouvoir coercitif mais unificateur et sociable pour épanouir la famille. La femme n'a donc aucune raison d'envier l'homme au point d'être complexée. Son respect à l'égard de son époux actionne les pouvoirs de bénédiction et fluidifie l'amour au sein de la famille. Cependant, tout en n'ignorant pas que toute querelle au sein de la famille n'étant pas forcément liée à un problème de leadership, admettons tout de même que dès l'instant où un challenge est engagé par la mère pour ravir le titre ou le pouvoir de chef de famille, des répercussions dues à cette insolence se profileront à l'horizon de cette famille et apparaîtront fétiche dévastateur de l'avenir des enfants. Toutefois, la cause fondamentale de l'effet maléfique n'est pas la mésentente des parents, mais les susceptibilités d'injonctions illégitimes des enfants dans cette mésentente. L'éducation des enfants subira des dommages à même de les dévoyer dans la désinvolture à l'égard de leurs géniteurs. Dans les cas de figure habituels, les enfants sont, malgré eux-mêmes, emmenés à porter un point de vue personnel ou un jugement sur les attitudes de leurs géniteurs. Et c'est là où le bât blesse. Ils se choisiront un camp non comme de facto, mais selon leur jugeote conditionnée par leur puérilité et leur affinité entretenue au préalable avec chaque partie en conflit. En se choisissant un camp, les enfants pourraient commettre deux grandes fautes : la première est en rapport avec l’Eternel Dieu, lui qui a institué la famille, d'autant plus que leur jugement peut mettre en cause le droit dont jouit chaque parent. Tacitement ce serait accuser l’Eternel Dieu. En outre, spirituellement, et même naturellement, il n'est pas fait droit aux enfants de porter un quelconque jugement sur leurs géniteurs ou de s'immiscer dans leurs affaires où ils ne s'y conviennent pas. La deuxième est le mépris ou l'accusation, qu'ils soient sous-entendus ou pas, que les enfants exprimeront à l'égard du parent dont ils n'ont pas choisi le camp. A suivre
Extrait de  conférence. L'intégralité de cette conférence est disponible en DVD audiovisuel de 3 DVD vendu à 3.000f le coffret des 3 DVD et un livre de poche de 50 pages vendu à 3000fr. Pour toute commande contacter le service commercial de 2MPro au +225-45-92-06-48/ +225 03-07-82-12/ +225 07-10-35-46

 

VALORES Y PODERES DE LA FAMILIA 
Atribuciones de los componientes de la familia
La familia, núcleo o quididad de toda sociedad, puede definirse sociológicamente como un grupo social ligado por lazos de parentesco o de matrimonio.
La familia, cuna de solicitud extrema y de paciencia llena de amor, se ha vuelto paradojamente, un hogar de tensiones intempestivas. Las presunciones acusadoras de los miembros en cuento a unos y a los demás entretienen subversiones de tal modo que el deber para su familia está al umbral de la precariedad.No es sorprendiente ver a una familia pelearse,dislocarse o destinada a un círculo infernal. ¿No es el desconocimiento persistante de las instituciones naturales divinas, la ignorancia que engendra la incultura entretenida por la falta de civilización que son responsables de esto ?
La familia es un poder o fuerza o aun una mezcla de poderes o de fuerzas difícilmente dominable. Mismo con las edades, uno puede estar en la incapacidad de dominar la vida conyungal o su familia porque ni los pelos blancos, ni la vejez, ni la edad de procrear son la prenda de un éxito. La ignorancia sobre los poderes de la familia es entonces un intruso que sembra la discordia de tal manera que el ideal « a todo señor, todo honor » ya no tiene valor. La incultura engendra de manera folklórica el complejo de superioridad y de inferioridad que a veces se observa sea entre el padre sea entre la madre. En la ocurencia, madres, para remontar al complejo de inferioridad, a veces blanden esloganes tales como :
« Soy yo que he sufrido durante nueve meses… », reivindicando así prerrogativas porque habiendo sufrido como madres. Ellas creen estar en derecho  de concebir líneas de conducta a los hijos al mismo título que su esposo porque creyéndose victimas de un complejo de superioridad procediendo de su esposo a quien se debe hacer reproches. Tales madres son incultas sobre varias realidades celestiales coodinadoras de valores divinas naturales tales como el padre es el jefe de la madre.
El padre es, en algún modo, la sintesis de todos los valores que contiene la familia. Eso, porque la madre y los hijos vienen de él ; la madre, ella, espiritualmente y los hijos tan física como espiritualmente. Este aspecto de la familia, en la ocurencia el caso de la madre, puede ser comprendido fundamentalmente, solo escrudriñando el substracto de la creación.
1 corintienses 11 verso 3 : « sin embargo, quiero que comprendáis eso : el Cristo es el jefe de todo hombre, el marido es el jefe de su mujer, y Dios es el jefe del Cristo. »
El derecho de jefe de familia entonces, no es un poder que el hombre se ha otorgado él mismo al detrimento de la honorabilidad de la mujer. Sino es un deber divino que le es ordenado.
Sin embargo, esta tarea no es un poder coercitivo sino unficador y sociable para desarrollar la familia. A  Continuación
Extracto de conferencia. La integralidad de esta conferencia es disponible en DVD audiovisual de 3 DVD vendido a3000 francos el cofrecillo de los 3 DVD y un libro de bolsillo de 50 páginas vendido a 3000 francos.
Para todo pedido contactar el servicio comercial de 2MPRO en el número + 225-45-92-06-48/+225 03-07-82-18 +225 07-10-35-46
Lu 3547 fois Dernière modification le mercredi, 11 janvier 2017 09:26

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir